Version haut débit de: MastaKongo Infos
Aide - Rechercher - Membres

Il est GAY, il Crée une Mosquée et devient Imam

root (14 Aout 2014, 17:59)
Il est gay, imam et français. Le Spiegel est allé à sa rencontre et raconte son histoire peu commune. De nationalité algérienne, les parents de Zahed ont émigré en France quand celui-ci n'était encore qu'un jeune enfant. Lors de son premier jour de cours, son professeur lui a demandé s'il était un garçon ou une fille. C'était un garçon "svelte, fragile, affable", décrit-il au magazine.

http://cdn1.spiegel.de/images/image-736090-breitwandaufmacher-zjkz.jpg
GAY Imam Ludovic Mohamed Zahed
performant la cérémonie de mariage du couple Lesbienne
Sahar Mosleh (à droite) et Maryam Iranfar à Stockholm


Aujourd'hui, Zahed se souvient encore de son père qui le traitait de "tapette" ou de "petite pleureuse" quand il était petit. Puis son père est devenu silencieux. Il a cessé de le regarder ou de lui parler. Zahed s'est donc interrogé sur le sens de sa vie et son identité. À 12 ans, il est allé à la mosquée pour trouver des réponses à ses questions. Il a lu le Coran et est devenu un membre de la confrérie salafiste. Zahed a commencé a prier cinq fois par jour, puis il a décidé de devenir imam et a projeté d'étudier l'islam à La Mecque.

Pendant cette période, la confrérie des salafistes était tout pour lui. Le jeune homme s'est senti soutenu et protégé par ses frères de prières. Il s'est épanoui dans ce cadre. Il a prié avec dévotion et s'est senti touché par la grâce de Dieu. Il a fait la rencontre de Djibril, un "frère" de l'association, avec qui il a dormi front contre front. Ils se sont dit "Uhibbuk fi-Allah", ce qui veut dire "je t'aime au nom d'Allah". Un amour "différent" de celui qu'il éprouvait pour les autres salafistes et dont il a fait part à ses frères. Mais Djibril a dit que cela n'était pas possible.
"On le savait"

Quelque temps plus tard, sa famille a déménagé à Marseille. Étudiant, il a rasé sa barbe, a arrêté de prier et a sombré dans la fête et la drogue. Il a aussi contracté le VIH. Il a appelé ses parents depuis sa chambre pour leur dire qu'il était gay. Sa mère a pleuré et son père l'a regardé pour la première fois depuis longtemps. Il lui a dit : "On le savait." Et il a fini par accepter la différence de son fils. Zahed n'en revient toujours pas.

Par la suite, il s'est mis à étudier la psychologie et l'anthropologie et a commencé à travailler pour une association caritative. Lors d'un voyage professionnel au Pakistan, il s'est remis à se poser des questions, et a recommencé à prier dans sa chambre d'hôtel. Il s'est replongé dans le Coran puis a découvert HM2F, une association pour les gays et lesbiennes musulmans en France. Deux ans plus tard, après avoir appris dans les journaux que les imams refusaient d'enterrer un musulman transsexuel mort en France, Zahed a créé une mosquée à Paris. Il l'a conçu comme un endroit où chacun pouvait trouver un imam pour être traité avec dignité, et qui accepterait de marier ou d'enterrer une personne sans se soucier de sa sexualité. Il est tombé amoureux et a trouvé un imam qui a accepté de le marier à son compagnon.

Aujourd'hui, il a 37 ans et voyage à travers le monde pour donner sa vision d'un islam qui n'exclut pas les homosexuels. Il est allé en Suède pour marier un couple lesbien. Son voyage a été financé par la marque 7-Eleven. Sa vie n'est pas parfaite : son mari l'a quitté et il n'a pas trouvé de réponses à toutes ses questions. Mais il avance.

Lepoint.fr