En France, il y eut un moment ou l’on parla du « roi bouffon ». Au Congo, on trouvera bien d’épithètes qui rendraient le roi bouffon plus heureux s’il avait vécu à Kinshasa. Car ici, le bouffon est un métier plus prestigieux que celui d’un membre officiel du régime que l’on s’est accoutumé à appeler le Kabilisme.

http://img.over-blog.com/450x336/1/15/09/26/Janvier-2013/De-gauche-a-droite-Seti-Yale--Vundwawe-TP-et-Kpama-Baramoto.JPGC’était déjà pire du temps du Mobutisme. Mais à l’epoque, on avait un Sakombi Inongo. Celui-ci maniait si bien la langue de Molière qu’il pouvait faire passer n’importe quoi sous ses accents de « vendâmes… portâmes…declarâmes » pour faire oublier dans le rire sarcastique kinois, la pourriture sortant de sa bouche.

Mais comment pourrait-on comprendre qu’après avoir acquis une si bonne notoriété dans l'incapacité et l’ignorance des règles élémentaires de la gestion économique et politique, placant la RDC, un pays aussi bien bien doté de tant de richesses naturelles, au dernier rang dans l’indice de la performance internationale, le Kabilisme croit que sa révolution de la modernité serait bien mieux dans les mains d’un ancien expert du mobutisme en la personne de Vundwawe Te Pemako.



(De gauche à droite) Seti Yale, Vundwawe Te Pemako et Baramoto

Si vous ne l’avez pas encore appris, ce Vundwawe, nous annonce notre frère Emmanuel Ngeleke dans son style corsé du Tam-Tam Blog, vient d’etre nommé membre de la CNE (comission nationale électorale), sans doute pour prendre bientôt la place de Malu-Malu qui a fait l’unanimité des Congolais contre son nom. Y’a-t-il quelqu’un ayant étudié à l’Universite Nationale du Zaire (Unaza) qui ne connaît pas l’ancien Vice-Recteur et Recteur des Universités (UNIKIN et UNILU), Ministre de l’Intérieur, Vice-Premier ministre, Directeur du Bureau du Président de la République, Président de l’hypothétique MPR fait-privé ?

Si le Mpr avait laissé un souvenir macabre dans la mémoire de tous ceux qui l’ont vécu, le nom de Vundwawe doit être parmi les plus sinistres dans l’histoire des partis, des hommes et des intellectuels congolais. Passer du mobutisme au sommet du Kabilisme via Vundwawe serait un cauchemar qu’aucun congolais ne voudrait revivre.

Signé Kodakombu Missinga Migulu, le revenant...