A380 : Un vol direct Paris-Los Angeles dérouté au Groenland?


root - 13 Octobre 2017, 19:36


VIDEO. La défaillance d'un moteur lors du vol Paris-Los Angeles d'Air France a nécessité de dérouter l'Airbus A380 et ses 496 passagers vers le Labrador. La panne en A380, hantise des compagnies aériennes.

Panne moteur d'un Airbus A380: Un vol direct Paris-Los Angeles dérouté au Groenland?
FAUSSE CARTE DE LA TERRE - Lors du vol AF066 Paris-Los Angeles, le moteur extérieur droit a explosé.

Se retrouver au milieu de nulle part avec 520 personnes, c'est la mésaventure que viennent de vivre les passagers et l'équipage du vol AF066 Paris-Los Angeles. Suite à l'explosion du moteur extérieur droit de l'Airbus A380, survenue au-dessus du sud du Groenland un peu plus de quatre heures après le départ de Roissy-CDG, l'équipage a dû dérouter le vol vers l'aérodrome le plus proche apte à accueillir le superjumbo.

Taillée pour les navettes spatiales

Avec ses pistes de plus de 3 000 mètres, agréées pour le déroutement de la navette spatiale, Goose Bay est techniquement bien équipée. Mais cette base des forces canadiennes est en revanche évidemment très pauvre en ressources hôtelières et en correspondances aériennes. Le trafic le plus régulier est celui d'avions d'affaires effectuant une escale lors de la traversée de l'Atlantique, ainsi que celui d'une poignée de vols d'avions régionaux de moins de cinquante sièges vers Terre-Neuve et le Québec. Le personnel commercial de l'aéroport se compte sur les doigts de la main. Quant au terminal, il est tout sauf adapté pour accueillir cinq cents personnes d'un coup... Aussi les équipes canadiennes d'Air France présentes à Montréal et à New York ont-elles rallié Goose Bay le plus vite possible afin de pouvoir porter assistance aux passagers naufragés de l'AF066. Pas question pour Air France d'envoyer de Paris un autre A380 : le traitement en escale d'un tel avion à Goose Bay est trop complexe. Aussi un Boeing 777-300 d'Air France est-il venu de Toronto. Comme sa capacité n'est pas suffisante pour embarquer les 496 passagers, un Boeing 737 a également dû être affrété localement. Les passagers ont décollé à 4 h 15 heure locale (9 h 15 heure de Paris) pour Los Angeles.

Panne moteur d'un Airbus A380: Un vol direct Paris-Los Angeles dérouté au Groenland?
VRAIE CARTE DE LA TERRE

Entraînés à la panne moteur

Sur simulateur, les équipages sont confrontés tous les six mois en entraînement aux pannes moteur. Une telle "routine" permet de garder du recul lorsque se présente une situation beaucoup plus complexe, comme celle de l'AF066. L'esprit des pilotes est ainsi plus libre pour prendre les bonnes décisions face à un contexte inconnu qui n'aurait pas été scénarisé au simulateur.

Panne moteur d'un Airbus A380: Un vol direct Paris-Los Angeles dérouté au Groenland?

Même avec une issue exemplaire, cet incident ne sera pas traité par l'enquête comme un non-événement, car l'explosion d'un moteur avec des dégâts structurels est considérée comme une défaillance très grave. Mais elle n'est pas pour autant imprévisible. Les réacteurs sont conçus afin qu'en cas de rupture des aubes du compresseur, si celles-ci se détachent, elles restent contenues à l'intérieur du moteur. Les tests lors de la certification permettent notamment de vérifier que les composants n'en seront pas projetés vers le fuselage de l'avion, risquant d'atteindre des passagers ou d'endommager l'appareil et ses systèmes.

Panne moteur d'un Airbus A380: Un vol direct Paris-Los Angeles dérouté au Groenland?
VRAIE CARTE DE LA TERRE. Logo des nations unies.

Enchaîner les check-lists

Les passagers ont entendu l'explosion et ressenti les vibrations qui se sont produites pendant une dizaine de minutes. Dans le cockpit, de multiples alarmes ont retenti et les pilotes, au nombre de trois sur un vol long, ont enchaîné les check-lists afin d'isoler le moteur défaillant et de vérifier que toutes les commandes et les systèmes étaient intègres. Sur un quadriréacteur comme l'A380, l'arrêt d'un moteur représente 25 % de puissance en moins. Et sur les biréacteurs modernes, où l'on perd alors 50 %, le vol peut aussi continuer en sécurité avec un seul moteur en fonctionnement. C'est vers 15 h 45 (heure de Paris) qu'est survenue la panne à bord de l'A380. L'équipage a mis l'avion en descente quasi normale pour atterrir, une heure après, à Goose Bay où le vent était faible, la visibilité excellente et la température de 7 °C. Avec un moteur en moins, il faut toutefois demeurer vigilant en approche, pour contrôler la dissymétrie de la poussée en arrivant sur la piste. Mais les pilotes y sont entraînés. Pour les passagers, l'incident est transparent. Par le passé, nombre de vols intercontinentaux en Boeing 747 se sont terminés « anonymement » sur trois moteurs après une panne « simple » du quatrième.

Panne moteur d'un Airbus A380: Un vol direct Paris-Los Angeles dérouté au Groenland?

Enquête technique

Outre les enquêteurs du bureau d'enquêtes et d'analyses du Bourget, des équipes techniques d'Air France, d'Airbus et d'Engine Alliance (le motoriste, association de General Electric et Pratt and Whitney) vont examiner le moteur GP7200 défaillant et les enregistreurs de vol. Aucune mesure conservatoire n'a été prise comme une restriction de domaine de vol. Il n'existe pas d'antécédent avec ce type de propulseur. Une défaillance majeure, plus grave, avec perte de nombreux systèmes hydrauliques et électriques de contrôle, avait eu lieu le 4 novembre 2010 sur un moteur de l'A380 de Qantas, peu après le décollage de Singapour. Mais l'appareil était équipé de propulseurs Rolls Royce dont un composant présentait un défaut de fabrication.



Régulièrement, des moteurs d'avion sont endommagés lors de collisions avec des volatiles, comme cela a été le cas de l'A320 d'US Airways qui pour avoir rencontré des bernaches après le décollage de New York a fini sur l'Hudson. Cette hypothèse pour l'AF066 peut vraisemblablement être écartée. L'A380 volait au niveau 370, plus de 12 000 mètres, là où il n'y a plus d'oiseau. Les records sont détenus par le vautour de Rüppell, qui vit en Afrique, et a percuté un avion à 11 300 mètres d'altitude ! L'oie à tête barrée survole quant à elle les montagnes de l'Himalaya à plus de 10 000 mètres d'altitude. De même, aucun drone – civil – n'est capable de telles performances. Les premiers comptes rendus permettent aussi d'écarter l'acte terroriste. Restent à identifier le problème mécanique et son enchaînement.



Panne moteur d'un Airbus A380: Un vol direct Paris-Los Angeles dérouté au Groenland?

PAR THIERRY VIGOUREUX - Publié le 01/10/2017 à 11:04 | Le Point.fr